Moins de feux rouges : moins d’embouteillages !

Moins de feux rouges : moins d’embouteillages !Carolina Osorio, jeune professeure d’ingénierie civile et environnementale, a inventé un logiciel de simulation qui promet de rendre le trafic plus fluide en jouant sur la durée des feux de signalisation. « Les résultats de ses simulations réduiraient les temps de trajet de 22 % aux heures de pointe », selon le Smithsonian, institution de recherche scientifique basée à Washington aux USA.

 

Une gestion optimale de la circulation doit tenir compte non seulement du trafic actuel influencé par les panneaux de signalisation, de la synchronisation des feux de circulation, mais aussi du comportement spécifique des conducteurs individuels. En optimisant la synchronisation des feux de circulation au-delà des capacités des systèmes actuels, il est possible de réduire les temps de déplacement aux heures de pointe de 22 %. La chercheuse explique : « La plupart des systèmes de signalisation sont fondés sur des comportements actuels ou passés, mais ils ne prennent pas en compte comment les trajets peuvent changer. »

 

Si un conducteur a le choix entre prendre la route A et la route B, par exemple. La plupart du temps, il prend la route A., mais, un jour, la durée des feux change, il décide donc de prendre la route B. Non seulement, la densité du trafic a changé sur la route A mais ceux qui avaient pour habitude de prendre la route B peuvent alors reconsidérer ce choix.

 

Carolina Osorio a ainsi combiné le meilleur de deux modèles :

  • Les meilleures configurations de circulation observées par le passé ;
  • Les comportements des automobilistes seulement sur ces scénarios.

 

Si, à une intersection, le trafic est plus dense sur les axes nord-sud, il pourrait être facile de penser qu’il faut que les feux verts durent plus longtemps dans ce sens-là, davantage que dans les directions est-ouest. Ces simulations peuvent permettre de savoir combien de temps les feux doivent rester verts et en prédire les conséquences.

 

Des tests à Lausanne

Carolina Osorio a ainsi expérimenté ce système à Lausanne en Suisse. À partir des données collectées sur 47 routes dont 15 carrefours (et neuf avec des feux) comme les infrastructures de la ville, les destinations prisées, le nombre de piétons, leur façon d’évoluer, etc., elle a appliqué son algorithme à l’heure de pointe le matin. Les simulations faisaient diminuer le temps de trafic des automobilistes de 25 %.

 

Le modèle de Carolina Osorio, toujours à l’étude, n’est encore appliqué dans aucune ville.

 

>> Découvrez toute la gamme pour la Signalisation routière de Déclic <<

 

photo credit: pierre-alain dorange via photopin cc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *