Personnes à mobilité réduite : un exosquelette souple à l’étude

Personnes à mobilité réduite : un exosquelette souple à l’étudeLe concept de l’exosquelette flexible est à l’étude à l’institut Wyss, à Harvard, grâce à l’Agence de l’armée américaine (DARPA) qui a investi 2,9 millions de dollars pour rendre son développement possible. L’accessibilité pour tous, c’est pour demain ? Dans tous les cas, cet exosquelette pourrait dans un futur proche, changer la vie des personnes à mobilité réduite.

Pour développer le Soft Exosuit, les chercheurs du Wyss Institute ont d’abord soigneusement étudié la marche humaine afin de connaître précisément les muscles des jambes qui ont besoin d’assistance. L’exosquelette imite l’action des muscles et des tendons lorsque la personne marche ou court et génère une légère assistance au niveau des articulations des jambes sans entraver le mouvement.

 

Soft Exosuit s’enfile comme un pantalon

L’équipement qui s’enfile comme un pantalon est fait de sangles en tissus qui enserrent certaines zones des jambes. L’exosquelette « intelligent » détecte la position de l’utilisateur, son rythme de déplacement et la tension exercée sur les sangles. Il peut ainsi actionner les muscles synthétiques au bon moment et avec la bonne intensité. Initialement conçu à des fins militaires, le but étant d’améliorer l’endurance des soldats et réduire les risques de blessure lors de marches sur de longues distances avec des charges lourdes, cet exosquelette pourrait tout à fait être adapté aux personnes ayant une mobilité limitée.

Aussi, en parallèle au développement de l’exosquelette militaire, l’équipe d’Harvard va collaborer avec des hôpitaux pour créer une version destinée à la médecine, notamment pour aider les patients ayant subi un AVC et qui ont du mal à se déplacer.

 

 

>> Découvrez les équipements Déclic pour les personnes à mobilité réduite <<

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *